La Culture à l’agenda

Ce billet est le deuxième d’une courte série de comptes rendus de la visite de La Rubrique au colloque Les Arts et la ville 2013, tenu fin mai à Gatineau. Pour lire la première partie, c’est ici

21 pour vingt-et-unième siècle

Vous avez peut-être entendu parler de l’Agenda 21. En fait, il n’en existe pas un seul mais plusieurs. Le concept est développé dans la foulée du sommet de Rio en 1992, en prévision du vingt-et-unième siècle et des défis auxquels fait face la planète et sa population à notre époque. Les Agendas 21 sont en quelque sorte le fer de lance du développement durable. Ils regroupent énormément d’actions et de recommandations pour de nombreux domaines. Chaque pays, voire chaque région ou chaque ville, peut se doter d’un tel outil adapté à sa réalité.

Il existait au départ trois grandes lignes du développement durable, les fameux « piliers », qu’étaient originalement l’économie, le social et l’écologie. Le développement harmonieux et conjoint de ces trois facettes était considéré durable. Cependant, selon l’avis de plusieurs, un pilier essentiel  du développement fut laissé pour compte : la culture.

C pour culture

Presque dix ans après le sommet de Rio, l’UNESCO adopte en 2001 la Déclaration universelle sur la diversité culturelle. Ce moment semble représenter la prise de conscience que la culture ne peut être ignorée dans le développement durable des collectivités. Ceci aura pour résultat l’apparition des premiers Agendas 21C en 2004:  C pour culture. Il faut comprendre que cet aboutissement est le fruit d’une série de sommets mondiaux soutenus par l’ONU et l’UNESCO.

De l'action dans les rues de Lille © Mairie de Lille

De l’action dans les rues de Lille © Mairie de Lille

D’une donnée apparemment accessoire à l’origine, la culture est appelée à devenir l’élément central du développement durable. Elle représente le dénominateur commun des trois piliers originaux. En tout cas, plusieurs organisations et intervenants militent en ce sens. Mais, nous le savons, il n’est pas facile pour les décideurs, dans un monde des plus cartésiens, d’accorder une telle importance à la culture. La partie n’est pas gagnée, alors que les oreilles attentives ne sont pas légion. Sans compter que ces déclarations et résolutions successives sur la culture, tout en étant importantes et significatives, sont toujours menacées de demeurer des vœux pieux. Elles sont à la merci de la vision des décideurs (ou de son absence), dépendent de la qualité et de l’assiduité des porteurs de flambeaux.

L’Agenda 21C représentait un point de départ, une base commune aux participants du Colloque Les Arts et la ville à Gatineau. En ouverture, madame Catherine Cullen, présidente de la commission culture du regroupement international Cités et gouvernements unis et adjointe au maire de Lille, est venue parler de l’importance de se munir d’un outil tel que l’Agenda et de le promouvoir activement. Mais ce que l’assemblée aura surtout retenu de son excellente présentation, nonobstant les idées géniales mises en action à Lille depuis sa désignation comme capitale culturelle européenne, c’est l’importance de la volonté politique. Sans volonté politique, sans élus visionnaires et capables de faire confiance aux idées au premier abord parfois farfelues des créateurs, sans ressources publiques humaines ou financières, il est très difficile voire impossible de faire de la culture un élément central du développement durable. Impossible d’apporter des changements majeurs à l’écosystème d’une ville, difficile de maintenir en vie et de rendre effectifs un milieu culturel, une population créative à tous les points de vue : artistique bien sûr, mais aussi économique, social, écologique…

C pour confiance

Si elle fût la première à soulever l’aspect crucial de cette adhésion politique à la culture, madame Cullen est loin d’être la seule. À l’instar de plusieurs participants, monsieur Jacques Saint-Gelais Tremblay, directeur du magnifique Musée d’art contemporain de Baie-St-Paul et de son incontournable symposium, en a bellement parlé lui aussi. Il a évoqué comment, lorsqu’il se présenta à l’âge de 17 ans à son maire de l’époque, la confiance de ce dernier avait été décisive pour l’implantation d’importantes activités culturelles dans la localité. D’autres ont souligné l’importance de l’indépendance des directions artistiques et des créateurs vis-à-vis des élus et des bailleurs de fonds. La reconnaissance des « spécialistes » culturels est essentielle à la vitalité et à la pertinence des gestes posés en culture.

Encore là, c’est une affaire de confiance. Faire confiance à la créativité, qui, par définition, sort des moules, des voies tracées, et bouscule parfois les habitudes. Des habitudes qui bien souvent auront mené à la morosité d’un cadre de vie, voire même à des flous identitaires qui sont la sources d’un immobilisme potentiellement fatal. On voit où nous ont mené les modèles existants. Il faut ramener la créativité au cœur du développement durable!

Site de l’Agenda 21C québécois

Cahier spécial de la Revue Mouvement de juin 2012, au sujet de la culture et du développement durable.

Publicités

Pour tout l’art partout – Les Arts et la ville 2013

Le 22 mai dernier s’ouvrait le colloque Les Arts et la ville à Gatineau, dont le thème général était le rôle de la culture dans le développement durable des villes. Je me suis rendu à cet événement issu du monde municipal et lui étant avant tout destiné. Ceci en traduit la première importance : une très large part des investissements en culture provient du palier municipal, ce qui est le résultat d’une lente mouvance dans les philosophies nationales du financement public. Les conseils des arts ajustent à leur tour leurs politiques devant les nouvelles réalités ainsi créées, ce qui a des répercussions très concrètes chez les producteurs comme chez les diffuseurs.

Cette proximité du colloque avec le monde municipal représente paradoxalement une certaine limite. La relation qu’entretiennent les élus locaux à la culture est généralement d’un ordre précis. C’est notamment à travers son arrimage à la qualité de vie, au bien commun et au développement que la culture intéresse le monde municipal… quand ce n’est pas une vision exclusivement touristique voire économique. Une telle lecture, parfois abusivement cartésienne, attendant rapidement des résultats concrets, laisse de côté de nombreux pans plus diffus du rôle des arts. La fonction et la valeur de l’artiste et de son travail est aujourd’hui assez mal définie pour la population en générale. C’est là une urgente valorisation qui devrait être entreprise en profondeur, en commençant par les décideurs qui ont une telle influence sur les perceptions de la population. Ce vaste travail de sensibilisation, que l’on souhaiterait en amont de toute décision politique en culture, n’allait pas être mené de front à Gatineau, on peut le comprendre.

Néanmoins, il y avait amplement matière à cette rencontre de trois jours, de quoi éveiller les esprits les plus endormis au rôle crucial sinon central de la culture dans le développement durable. Le colloque réunissait des gens d’horizons variés; élus, fonctionnaires et travailleurs culturels, quelques artistes et partenaires ont pu assister à une dizaine de conférence, en plus d’échanger autour de copieux repas…

Au cours des jours à venir, je publierai ici-même une brève série de comptes rendus de cet événement somme toute porteur. Des spécialistes de renommée mondiale, issus de l’architecture, de l’urbanisme, du design, de la recherche en science sociale ou encore des gestionnaires d’événements québécois d’envergure internationale ont eu l’occasion de donner leur point de vue sur le rôle de la culture dans le développement des municipalités. Je tâcherai d’en relever pour vous les moments forts.

Page et programmation du colloque 2013