Nous sommes tous des Don Quichotte… Sauf Dulcinée.

Elle est apparue hier, comme un ange à la Rubrique, en même temps que les techniciens venus faire le montage des décors de son spectacle. C’est une petite femme magnifique et rayonnante, qui porte le magnétisme et la force de séduction qui nous font comprendre comment Don Quichotte a pu en venir à vouloir abattre les moulins à vent… Si elle le demandait, sans doute, on prendrait les armes aussi. Mais elle ne le demande pas – ouf!

Elle a tellement su séduire que la voilà bien en vue à la une de Voir, dans tous les présentoirs sur lesquels vous pourrez vous pencher. Le rédac’chef me disait justement à quel point l’entrevue qu’elle lui avait accordée avait été le fun…

Pour bien faire, il faudrait peut-être que Dulcinée Langfelder fasse comme les politiciens : du porte-à-porte. Ou alors qu’elle aille faire des be-bye en amont du pont Dubuc. Son magnétisme convaincant nous remplirait la salle pour une couple de semaines. Il y a des gens comme ça…

Comme on ne peut pas lui demander de faire ça – on ne fait pas du théâtre pour faire comme les politiciens, n’est-ce pas? – je vous invite à la découvrir à travers l’entrevue publiée par Joël Martel.

Et quand vous serez convaincus, appelez-nous, il reste de bonnes places.

Informations sur le show. +++
Réservation en ligne. +++

Comme un chien fou

La Complainte de DulcinéeMême si le vent secoue les arbres nus, même si des enfants courent dans le paysage, même si les voitures arpentent le stationnement en nous éclaboussant du soleil qui se frotte à leur carrosserie, et même si les corneilles d’avril se battent à la corniche, au pied des arbres et sur l’indélogeable table à pique-nique, tout cela est lointain, derrière la grande vitrine, inatteignable. Et cette séparation donne l’impression d’un paysage calme et ralenti.

Ici, c’est pareil… Lire la suite

Hors Scène – l’arbre et la forêt

Quand il n’est pas aux commandes de son émission sur les ondes régionales d’Espace Musique (dès midi, au 100,9 FM), Philippe Belley s’intéresse à la réalisation de courts métrages – ce qui n’est pas si loin, quand on y pense, du travail documentaire qu’il a effectué dans le cadre de différents reportages radio, que ce soit lorsqu’il était chroniqueur culturel de Café, boulot, dodo ou lors de ses collaborations avec l’émission Macadam Tribu.

Et à quoi se sont intéressés ses films? Je vous le donne en mille: la crise forestière. Dans le cadre de nos dossiers Hors Scène, on fait un détour à partir de la pièce Les Frères Laforêt, qui s’intéresse à la vie des travailleurs forestiers, pour vous présenter (entre autres) une courte entrevue avec un type qui pense que, dans la vie, vaut mieux en rire…

Lire la suite